Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
BookOver

BookOver

Au fil des pages une vie se tisse

Le gardien de la Source de Vanessa Terral

Le gardien de la Source de Vanessa Terral

Le gardien de la Source de Vanessa Terral aux éditions Pygmalion.

Youhou, un deuxième service presse d’affilé sur le blog, à croire que je ne lis que ça (mais non, mais non, je dramatise un chouya, étant donné que je suis tenue de rendre les chroniques dans des temps imposés. Elles sont donc postées plus rapidement sur le blog. Surtout que je terminer à peine ma session d’examens, il m’en reste un mercredi, donc voilà, voilà). J’enchaîne avec la chronique, remerciant au passage l’opération Masse Critiques de Babelio, ainsi que les éditions Pygmalion.

Donc, la chronique, la voilà avec beaucoup d’élan !

Sur la quatrième de couverture, on peut lire ce commentaire « une revisite du mythe de Perséphone et d’Hadès », en adoration devant la mythologie grecque et ayant lu assez récemment ce mythe, j’étais curieuse quant à la façon dont l’auteur, Vanessa Terral avait choisi de s’y prendre, et j’en suis plutôt bluffée.

Après avoir échappée à une issue funeste suite à une malédiction, la jeune Anne-Hélène de Varages est toujours sous le coup de celle-ci, profite de sa première apparition dans « le monde ». Lors de cette soirée, elle éveille la curiosité du mystérieux Lazare, un homme avec un nombre de fêlures et de responsabilités impressionnantes.

Une étrange histoire va éclore entre ces deux personnages aux caractères diamétralement opposés. Une histoire que je vous conseille vivement !

Fascinante et hésitante, telle a été ma lecture. J’étais très intriguée quant au déroulement de l’histoire.

Si j’ai eu un peu de mal à entrer dans le récit, les faits se déroulant à toute vitesse, j’avoue avoir été un peu larguée entre toutes les descriptions (sur ce point, c’est indéniable que l’auteur s’est fait plaisir et c’est tant mieux, mais j’y reviendrai plus tard), et tous les éléments fantastiques qui nous sautent au visage, c’est déstabilisant.

Mais une fois que l’on est entré dans le récit, on n’en sort plus et c’est un pur plaisir. Les descriptions ont cette délicate odeur du Sud qui m’a fait voyager tout au long de ma lecture.

Bien qu’à quelques moments, j’avoue en avoir sauté quelques-unes pour arriver aux moments croustillants.

Pour ce qui est de la construction des personnages, et bien, s’ils sont inspirés de personnages mythiques, certes. Mais ils ont également leur propre existence, leurs propres caractéristiques. Ils sont profonds et recherchés, pas toujours compréhensibles (oui, je me suis écriée quelques fois « POURQUOI ?!» sur certaines actions…que je ne vous révélerai pas !)

Donc, réécriture qui, pour ma part est entièrement réussie, car immersive.

Et pour terminer cette chronique, le petit mot sur la première de couverture : je la trouve superbe et bien en relation avec le récit. L’illustration est poétique, et met en scène une jeune femme (Anne-Hélène plus que probablement) dans une robe style empire que je trouve magnifique, sans parler de la couronne de fleur et du corbeau qui ajoute une légère touche glauque qui colle à la perfection avec l’ambiance du récit.

En bref, La gardien de la Source est un bon bouquin, que j’aurai adoré déguster dans un salon de thé avec des petits biscuits (et connaissant un minimum les habitudes de l’auteur, c’est en partie ainsi qu’il a été écrit). Malheureusement, étant donné que ce fut ma lecture d’examen, je n’en ai pas eu l’occasion, peut-être pour une relecture ?

Enfin, je coirs que tout est dit, c’est une petite pépite qui mérite d’être lue et reconnue.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article