Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
BookOver

Des livres, du thé et du bonheur

Les Reines de Sang – Frédégonde, la sanguinaire T1

Yo les pitits ursidés ! 🐻

Comment allez-vous en ce beau lundi sous le signe du « déconfinement » ? (En Belgique tout du moins) J’espère que vous avez l’occasion de chérir vos mamans comme il se doit ce dimanche. Oui, pour nos amis français et suisses, sachez que c’était la fête des mères en Belgique, et oui aussi étrange que cela puisse paraître, les pays européens n’ont pas la même date pour célébrer les mamans.

De mon côté, ce fut simplissime : montage floral et brunch maison composé : de thé, de café, d’œufs à la coque aromatisés, d’un banana bread, de pancakes neutres aux noisettes, d’un yaourt à la grecque avec du quinoa, et, des fraises et framboises dont ma maman raffole et que je me contente de sentir leurs délicats parfums. J’aiiiime mon allergie aux fruits rouges ☕🍰🍓🍴

Aujourd’hui, histoire de marquer le coup, je vous partage une chronique sur le premier tome d’une BD historique consacrée à une femme qui a marquée l’Histoire. Je ne suis pas certaine d’assumer l’utilisation abusive du verbe marquer… Pas forcément par sa gentillesse, mais par le pouvoir qu’elle avait entre ses mains.

Plongez avec moi en pleine ère mérovingienne aux cotés de la Reine Frédégonde plus connue sous le surnom de La Sanguinaire. Tout un programme 🔪📖☕

Titre : Les Reines de Sang : Frédégonde la sanguinaire T1

Auteur : Virginie Greiner, Alessia De Vincenzi et José Luis Rio

Éditions : Delcourt

Prix : 14,95€

Pages : 56p.

Note : 3/5

 

Résumé : « 560. Frédégonde, belle ambitieuse issue de la paysannerie, est devenue la suivante de la reine Audevère, épouse de Chilpéric. Cette situation ne lui suffit pas. Elle séduit le roi et obtient de lui la promesse secrète d'un mariage. Alors qu'elle intrigue pour se débarrasser de la reine en titre, ses ambitions vont être contrariées par le désir de Chilpéric de conclure une alliance avec une princesse wisigothe... »

 

Les Reines de Sang est une collection des éditions Delcourt qui met à l’honneur des femmes qui ont marqué l’Histoire : Cléopâtre VII, Catherine de Médicis, etc.

Cette collection s’organise par séries, ici deux volumes nous content l’histoire de Frédégonde, mais il peut y en avoir davantage pour d’autres personnages, je pense à la série sur Aliénor qui comporte six tomes. Et franchement, je trouve l’idée de ces BD est une excellente introduction à l’Histoire, tout en passant un fort plaisant moment de lecture. En revanche, je suis sur les fesses avec tout ces prénoms improbables qui ne reviennent pas forcément dans notre patrimoine : Clotaire, Audevère, Brunehaut, Chilpéric, Galswynthe…

 

Comme vous pouvez le voir avec la petite étiquette sur le coin supérieur du volume, il s’agit d’un emprunt que j’ai effectué à la bibliothèque. Je ne vous parle même pas de l’amende que je vais recevoir à la fin du confinement, cette bibli a « oublié » de reporter les prêts ! C’était à une autre époque, avant le confinement, quand on pouvait encore rencontrer des amis et flâner avec eux… Breeeeef !

Avec mon amie Christine, nous étions en train de nous balader à la grosse bibliothèque centrale de Liège, et cette série collection nous a sauté aux yeux. J’en ai emprunté deux séries, dont : Frédégonde, la sanguinaire. Et c’était vraiment pas mal !

« Heuuu ? Nous pas comprendre, toi avoir mis 3/5 et un mouais comme cotation. » N’allez pas si vite mes jeunes padawans poilus. J’ai dit que c’était pas mal, mais, maiiiiiiiiis il y a 2-3 trucs pas folichons qui me font dire que je n’irai pas danser à demie-nue sur l’autel des hommages littéraires à cette série…c’est mon libraire qui sera content.

 

En tout honnêteté, j’ai trouvé que ce premier tome trainait un peu en longueur. Certes, on ne peut refaire l’histoire me direz-vous, et je vous suis sur toute la ligne. Néanmoins, j’ai trouvé que l’on restait longtemps sur certains événements, alors que d’autres étaient ellipsés. Mais le lecteur, lui, n’a pas forcément l’information, peut se retrouver un peu perdu.

Autre élément qui m’a un peu dérangée, la colorisation. En empruntant cette BD, je faisais complètement confiance à la première de couverture. Et si le style reste le même, la colorisation, elle, c’est pas du tout la même chose ! Les couleurs employées sont un peu plus criardes.

 

Ajoutez à cela pas mal de scène de fesses pas forcément utiles à l’intrigue et on tangue vers un public bien ciblé. D’où ma cotation « mouais ».

 

Cependant, ces éléments mis à part, j’ai bien aimé découvrir cette époque mérovingienne que je ne connais pas vraiment. Les Francs, toussa-toussa, ce n’est pas vraiment ma tasse de thé. Du coup, cette lecture, malgré ses défauts, fut bien plaisante et intéressante. Par la suite, je me suis renseignée sur les conflits entre l’Austrasie et la Neustrie. Comme quoi, les femmes ont bien des rôles à jouer dans les conflits armés.

Une petite lecture intéressante, pas dénuée d’intérêt et relativement agréable, mais pas ouf.

 

Mouais

Voilà, voilà, une petite chronique avec beaucoup de papote, mais j’espère avoir titillé votre curiosité.

Je vous dis à tout bientôt pour une prochaine chronique et je vous fais pleins de bisous

Prenez soin de vous et de vos proches !

 

Ps : Commenter vous permettra de ne pas vous faire assassiner lors d’un mariage arrangé.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
K
Je ne connaissais pas cette série, et j'avoue ça me tente moyen. C'est fourbe ça, quand ils te vendent une couverture et que finalement c'est pas le même style (colo ou dessin) à l'intérieur >.< les comics sont forts pour ça je trouve XD
En tout cas, je regrette que tu n'ailles pas danser sur l'autel des hommages littéraires XDD
Répondre
A
C'est la première fois que ça m'arrive niveau corrélation couverture-intérieur.
Mais ce n'est pas une grande perte, ma chorégraphie n'est pas encore aboutie XD