Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
BookOver

Des livres, du thé et du bonheur

Journal d’une confinée #1

Salut les oursons, comment allez-vous ? 🐻

J’espère que tout se passe au mieux pour vous dans les conditions que nous connaissons actuellement.

Cela fait maintenant un mois que nous vivons selon les règles établies par le confinement. Je suppose que, tout comme moi, vous commencez à trouver le temps un chouya longuet…

Cet article, je me tâte depuis un mois pour l’écrire, j’hésite depuis tellement longtemps que c’est même devenu une série d’articles... Je n’ai même pas honte, je me dis que ça sera bien plus digeste pour vous, comme pour moi. 😁

D’un côté, je me disais que c’était stupide de vous parler de mon confinement, de la façon dont je le vivais, ce qui me manque, où je vais tirer le réconfort dont j’ai besoin, etc.

Dès que je ressentais l’envie de vous écrire quelque chose sur ces sujets, je me disais que je n’étais pas légitime pour en parler. Je n’ai pas d’enfants, ni de personnes malades dans mon entourage, je ne fais pas partie des premières lignes, je n’ai pas d’ennuis financiers… Et pourtant, j’ai envie de vous parler d’une myriade de petites choses, choses que je ne peux pas forcément aborder avec mes proches (qui eux badent complétement pour la plupart).

 

Du coup, vous êtes tout désignés pour subir êtres les heureux lecteurs d’un article, une série d’articles à présent, papotages peu intéressants, j’en conviens, mais qui ME fera le plus grand bien.

Allez, accrochez-vous à votre tasse de thé et à vos petits biscuits, c’est parti ! ☕🍪

Avant tout, il faut savoir que ma maman étant infirmière dans un gros hôpital de la région, j’avais en direct tous les échos. Les nouvelles des urgences, de la réa… Ce n’était pas très gai, mais comme elle n’est pas directement impliquée dans les services dits de premières lignes ce ne fut pas la gosse panique non plus.

 

Dans notre noyau familiale (mes parents et moi), nous avons toujours eu des habitudes d’hygiène inspirées du milieu médical. Ma maman étant membre de la commission d’hygiène à son boulot, disons que ça se répercute un peu à la maison.

C’était déjà notre quotidien de se laver les mains à la savonnée lorsque nous rentrions à la maison, chacun de nous a toujours eu sa petite bouteille de gel hydroalcoolique dans son sac et l’utilise à la sortie des transports en commun, ou d’un magasin, etc.

Bref, ce sont des habitudes ancrées depuis toujours à la maison.

Lorsque l’on a eu les premières annonces comme quoi le pays commençait à prendre des mesures, on se disait qu’ils en faisaient des caisses pour un pet de travers. On faisait attention, mais on menait notre vie normalement. Juste avant le confinement, j’avais été à un entretien d’embauche où cela s’était super bien passé (et non j’ai zéro nouvelles). Tout allait bien, tout allait s’arranger.

 

L’annonce du confinement : 11 millions de belges et le reste du monde

 

Étrangement, je l’ai plutôt bien vécu. Pas de panique à bord, plutôt un énorme ras le bol.

Je voyais les gens autour de moi s’agiter comme des poules sans têtes et ça m’énervait à un de ces points…

 

Le jour de cette annonce, c’était le jour des courses, tâche qui me revient lorsque je suis à la maison. La folie des gens, c’était dingue. Bonjour le dégoût de l’humanité. Ils se ruaient dans le magasin, sur des produits dont ils n’avaient même pas usage, ils remplissaient leur caddie comme de gros porcs. Tout pour eux, rien pour les autres… et la façon dont ils traitaient le personnel. Dégueulasse. Oui mes mots sont durs, mais c’était inimaginable, j’avais l’impression d’être à Jérusalem en pleine Intifada. Et je sais de quoi je parle.

Heureusement qu’il y a encore de l’humanité chez certain.e.s. Une gentille dame m’a proposé de partager son pack de lait avec moi.

Mon papa finit par être mis au chômage temporaire par son employeur. Et le confinement commença réellement. Maman nous avait dit que nous étions partis pour minimum un mois. On en a rit…

Puis, tout s’est arrêté, tout s’est annulé. Plus d’événements, plus d’endroits ouverts. Le monde semblait faire un arrêt sur image.

Voilà, voilà. Je vous avoue que ça me fait bizarre d’interrompre mon article de la sorte (oui, sur mon document Word, il continue sur plusieurs pages). Mais comme je l’ai déjà mentionné, cet article n’aurait pas été très digeste. Dans un sens, cela va me permettre de vous poster des articles un peu plus fréquemment… Oui, ce n’est pas très convaincant, même pour moi.

Quoiqu’il en soit, je croise les doigts pour que tout aille au mieux de votre côté. N’hésitez pas à me dire comment vous avez appréhendé les premiers instants du confinement.

À très bientôt pour la suite du Journal d’une confinée, et n’oubliez pas de prendre soin de vous. ❤

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article