Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
BookOver

BookOver

Au fil des pages une vie se tisse

Le choix de Rudi de Françoise Dargent

Le choix de Rudi de Françoise Dargent

Le choix de Rudi de Françoise Dargent aux éditions Hachette

Lorsque je l’ai vu sur le présentoir de ma librairie préférée (La Dérive pour ne pas la citer), je me suis empressée de le mettre dans mon sac (après l’avoir payé HEIN ! Que l’on ne me prenne pas pour une voleuse, des fois *retour de l’accent belge en force*).

Lors de l’achat, je demeurais un peu sceptique quant à l’hypothétique résultat que cela pouvait donner, mais je n’ai vraiment pas été déçue ! Il s’agit d’un nouveau coup de cœur pour l’année 2015 (décidément, elle a été riche en coup de cœur celle-là !). Pour moi, Le choix de Rudi est le type de coup de cœur qui vous en met plein les mirettes, qu’il s’agisse d’étoiles ou de larmes.

Ce roman oscille, délicatement, entre histoire vraie et fiction. Françoise Dargent s’est librement inspirée de la vie de Rudolf Noureev, un de plus grand et célèbre danseur classique. Elle a créé une adaptation de ce qu’aurai pu être l’enfance et l’adolescence de cette grande étoile russe. Et waouh, le résultat de cette adaptation est plus que bluffant !

Rudi est un enfant qui ne rêve que de musique et de danse, quoi qu’il fasse, il n’y a que cela qui le rend heureux. Et cela, personne ne semble le comprendre : il n’est pas l’image du fils parfait dont son père rêvait, il n’est pas le patriote dans l’âme que l’on veut faire de lui...

Dans un coin perdu et froid de l’URSS, le petit Rudi va briser les barrières sociales et s’élever par et pour sa passion, la danse.

Il deviendra le plus grand danseur du XXe siècle, mais pour ce faire, il devra faire des choix, parfois douloureux.

C’est avec une certaine justesse que la plume de l’auteur dépeint les émotions et les ressentis de l’enfant, de l’adolescent et puis de l’adulte. C’est en tout cas ainsi que s’exprimait le véritable Noureev, enfin, c’est ainsi que je me l’imaginais.

Je connaissais déjà dans les grandes lignes son histoire et sa carrière, la retrouvée en partie dans ce récit m’a énormément émue (oui, il ne me faut pas grand-chose), et surtout m’a énormément plu !

En plus d’être plongé dans l’univers de la danse par un protagoniste masculin, ce qui est assez rare dans la littérature, d’autant plus destinée à la jeunesse, le lecteur est également immergé dans l’ambiance hostile et glaciale du communisme de l’Union Soviétique et la menace du goulag.

Rudi est un personnage qui a soif de liberté, il est difficile de ne pas s’attacher à lui et de souhaiter sincèrement qu’il parvienne à ses fins. Même si un personnage aussi sûr de lui peut parfois être horripilant et taper sur les nerfs.

En définitive, ce roman est plus qu’agréable à lire, d’ailleurs, après cette lecture, j’ai passé pas mal de temps à visionner des vidéos des différentes performances de Rudolf Noureev.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article