Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
BookOver

BookOver

Au fil des pages une vie se tisse

La fille d’Hécate T1 La voie de la sorcière de Cécile Guillot

La fille d’Hécate T1 La voie de la sorcière de Cécile Guillot

La fille d’Hécate T1 La voie de la sorcière de Cécile Guillot aux éditions du Chat Noir dans la collection Griffe Sombre.

Je n’ai pas chroniqué énormément de livres de cette maison d’édition, et j’ignore si je l’ai déjà mentionné sur le blog, mais je n’ai encore jamais été déçue par un livre des éditions du Chat Noir. Et, pour mon plus grand bonheur, celui-ci ne déroge pas à la règle. Car OUI, il s’agit d’un gros coup de cœur !

C’est pourtant avec beaucoup de perplexité que j’ai entamé cette lecture. La faute à la mise en place du récit ; que je trouvais un peu retranchée derrière des stéréotypes attachés au genre de la SFFF. (ooooh la jeune femme jolie, maladroite et naïve qui tombe sous le charme d’un beau gosse mystérieux, etc.)

Néanmoins, après quelques pages hésitantes, mes craintes se sont rapidement effondrées, car infondées. Point de jeune fille niaise et naïve, mais une jeune femme forte et indépendante, point de surnaturel glauque, mais une véritable culture Wicca (pour autant que je puisse juger, puisque je ne suis absolument pas une spécialiste de la chose).

C’est donc une véritable histoire, originale et emplie d’une multitude de petits détails qui ont chacun leur importance propre, formant un TOUT complet et convaincant.

Maëlys est une banale étudiante en dernière année de psychologie, lorsqu’elle rencontre fortuitement Alexandre, un jeune et beau garçon qui lui propose de vivre une expérience originale.

Suite à celle-ci, la jeune femme va découvrir une nouvelle part d’elle-même, le don.

Peu à peu elle prend conscience de sa véritable identité, elle est une sorcière. Pas une de ces sorcières de légendes qui kidnappaient les jeunes enfants dans leurs lits, non, une wicca. À la recherche de ses racines, Maëlys se rapproche de ce monde, fait des rencontres qui renforcent ses liens avec cette « communauté ».

Cependant, alors qu’elle vient à peine de découvrir une nouvelle facette de ce nouveau monde, une force obscure et hostile semble s’attaquer à elle.

Bien qu’un chouïa dubitative quant à ce personnage principal au début de ma lecture ; je la trouvais très, trop, crédule et elle a accepté sans sourciller un bon nombre de choses qui m’auraient fait fuir. Néanmoins, je me suis rapidement attachée à Maëlys, avec qui, j’ai aimé m’imprégner de cette magie et de ces rites. Mais Maëlys n’est pas l’unique personnage à avoir suscité à la fois ma curiosité, et ma sympathie : Claudine qui m’a étonnée par sa force et sa sagesse, mais également l’énigmatique Alexandre sur lequel on ne sait que très peu de choses.

J’espère en apprendre davantage à leur propos dans le second tome, que j’ai d’ors et déjà dans ma PAL (et dont la lecture est planifiée pour fin mars-début avril).

L’intrigue était vraiment pas mal, et l’association de la Wicca et des religions païennes n’y sont pas étrangères. Étant donné que je ne connaissais pratiquement rien sur le sujet, j’étais une lectrice privilégiée et à l’écoute. À tel point que ce récit m’a transmis l’envie d’aller plus loin et de d’en découvrir plus.

En revanche, je fus moins bon public pour résoudre l’énigme de l’identité de la « force hostile ». Je n’étais pas aux 2/3 du récit que j’avais visé juste. Je suis donc un peu déçue de ne pas avoir bénéficié de l’effet de surprise souhaité quant à cela.

L’écriture de ce premier tome est limpide, j’ai été étonnée avec quelle facilité Cécile Guillot est parvenue à articuler les différentes actions qui jalonnent ce roman. C’est à peine si le lecteur a le temps de se reposer entre deux événements clefs qu’un troisième lui saute au visage.

Le seul bémol que j’ai trouvé dans ce livre, ce sont les échanges de mails entre Maëlys et Alexandre. Cette correspondance m’a beaucoup perturbée et a hachée le rythme de ma lecture.

Outre cela, j’ai totalement été happée par l’intrigue originale, ainsi que sur l’univers qu’ouvre cette dernière.

Le plus qui a fait chavirer mon cœur, c’est le lieu dans lequel l’action se déroule, en France. J’aurai sauté au plafond et peut-être même détruit un bar à la manière d’un hooligan si cela avait été en Belgique, mais la France c’est très bien aussi (ok j’arrête les divagations vaseuses pour aujourd’hui). J’adore ce concept, cela permet de changer un peu d’horizon.

Après tout, l’Amérique c’est un peu surfait et il y a souvent comme un goût de déjà vu (dixit celle dont la plupart des livres se déroulent au States).

En conclusion, La fille d’Hécate c’est vraiment de la balle, du fantastique très bien écrit, bien présenté (j’ai plus qu’un faible pour cette couverture), une histoire riche et originale, des personnages sympas et attachant, et l’action se passe en France. Que demander en plus ?

Je le conseille vivement à quiconque souhaite s’évader dans le Midi en compagnie de wiccas à la recherche d’anciennes déesses.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Fantasty 06/03/2016 19:09

Je l'ai lu l'année dernière et j'ai beaucoup apprécier , d'ailleurs je pense m'acheter la suite au salon du livre de paris dans 2 semaines.