Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
BookOver

BookOver

Au fil des pages une vie se tisse

Parce que tu m’es destinée de Caroline Ripp

Parce que tu m’es destinée de Caroline Ripp

Parce que tu m’es destinée de Caroline Ripp, aux éditons de La Plume de l’Argilète.

Un roman qui m’a été offert par mon amie Loki (si tu passes par ici : « coucou ! »), à la foire du livre de Bruxelles (édition 2015) à l’occasion de mon anniversaire (le privilège d’être née au mois de février). Je la remercie pour ça, car ce fut un véritable coup de cœur. Comme quoi, même dans les toutes petites maisons d’éditions, se cachent de belles pépites.

« Parce que tu m’es destinée » est d’emblée le type de roman qui m’attire énormément.

Tout d’abord, par sa thématique, un voyage temporel qui nous plonge dans le quotidien de l’Antiquité romaine. C’est vrai que durant l’année 2015, j’ai lus énormément de romans, orientés jeunesse et jeunes adultes, avec ces thèmes en communs (j’adore simplement l’idée de pouvoir voyager à travers l’histoire, je suis une grande rêveuse que voulez-vous).

Outre le voyage temporel, l’auteur met en scène, avec moult talent, une très belle romance.

Généralement, je ne suis pas très portée par cet aspect de l’histoire. Selon moi, les romances ne sont que des « intrigues » secondaires, des éléments de l’histoire que l’on peut supprimer, sans que cela n’altère la suite de l’intrigue.

Mais là, pour le coup, je suis tombée sous le charme de cette relation, j’ai tremblé pour ces personnages auxquels je me suis attachée, et ce dès les premières pages du roman.

Cassandra, une jeune archéologue se rend pour la première fois sur un site de fouille, aux abords de Rome. Mais immédiatement après son arrivé, des phénomènes étranges se produisent tout autour d’elle. Des voix d’outre-tombe résonnent sinistrement à ses oreilles et l’interpellent.

Après une chute assez violente, Cassandra se retrouve propulsée en pleine Rome antique, sous le règne de l’empereur Domitien.

Là, elle fait la rencontre de Galius, un gladiateur qui est parvenus à s’imposer à son cœur. Mais l’empereur n’est pas prêt à laisser la belle à un autre que lui.

Alors, pour la peine, l’auteur est parvenue à m’immerger totalement dans cet univers, ce fut une véritable réussite. J’ai réellement l’impression d’avoir arpenté les rues de Rome aux côté de nos deux héros, assisté aux jeux de l’arène, et senti la douce odeur des fleurs d’oliviers.

J’ai vibré aux côtés de l’héroïne, et ait véritablement été touchée par l’amour (aussi fou et destructeur soit-il) que lui portait deux hommes.

Je ne peux pas faire de chronique correcte si je ne vous parle pas un minimum des personnages ! Je suis un peu mitigée quant au personnage principal qu’est Cassandra. Tantôt impulsive, tantôt réfléchie, je n’ai pas toujours accroché à son caractère et à ses réactions qui étaient de temps-à-autre un peu décousues. Galius, lui, je l’ai simplement adoré. Son humour, et sa douceur ajoutait des moments de latences idéales au récit.

Cependant, LE personnage incontournable de cette aventure est, selon votre humble serviteur, l’empereur Domitien. Oui, oui tout à fait le « méchant » de l’histoire. Une personnalité complexe, le goût âpre du pouvoir, etc. je ressens beaucoup de tendresse pour ce personnage.

Je me doute que cela ne devait pas être le but de l’auteur, mais pour moi, Domitien est un protagoniste complexe et particulier.

Le seul défaut de ce livre est, selon moi, la couverture, qui, si elle colle parfaitement au thème, a un rendu peu professionnel. Ce qui est dommage au vue de l’excellente qualité du texte.

Pssst : Mon petit doigt me dit que ce roman est également disponible avec une police de texte adaptée aux dyslexiques…

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article