Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
BookOver

BookOver

Au fil des pages une vie se tisse

Le chevalier de Jérusalem d’Odile Weulersse

Le chevalier de Jérusalem d’Odile Weulersse

Le chevalier de Jérusalem d’Odile Weulersse aux éditions Le Livre de Poche jeunesse.

Alors, je vous présente ici, un petit roman jeunesse que j’avais remarqué il y a quelques temps, au cours de détours sur le net. Alors, lorsque je l’ai vu dans une caisse lors d’une foire aux livres, j’ai sauté dessus.

Mais une fois la lecture entamée, je me suis rapidement ennuyée, à tel point que j’aurai aimé le terminer plus rapidement (pas que ce soit une perte de temps, mais ce roman jeunesse n’a rien d’extraordinaire).

J’ai appris récemment, qu’apparemment, il s’agit d’un roman compagnon d’un autre ouvrage d’Odile Weulersse, « Le chevalier au bouclier vert ». Bon, après lecture, il y a, en effet quelques éléments se rapportant à ce dernier, mais ce n’est en aucun cas une gêne pour la compréhension du récit.

Nous suivons les péripéties d’un jeune adolescent qui vient tout juste d’être adoubé chevalier, Théophile de Sauvigny. Celui-ci, après un bref passage auprès de sa famille, va se rendre en Terre Sainte.

Là-bas, il découvre un nouveau monde, celui de l’Orient, sa culture et ses mystères. Une terre où il enchainera les aventures à un rythme effréné. En combattant l’armée de Saladin à plusieurs reprises, tantôt aux côtés du roi de Jérusalem, tantôt aux côtés des rois Francs. Il découvrira également l’amour et me goût âpre de la vengeance.

De ce roman jeunesse, je ne peux pas en tirer beaucoup de choses. Il peut sans aucun doute plaire aux plus jeunes du lectorat, et serait tout à fait adapter à une lecture de première année secondaire (deuxième année du collège pour nos amis français) afin d’acquérir une base de connaissances ludiques sur les croisades.

Mais en ce qui me concerne, je ne l’ai pas apprécié plus que ça.

Principalement parce que, bien que l’écriture d’Odile Weulersse était l’une de mes préférées durant le début de mon adolescence, aujourd’hui, elle n’est plus à mon goût. Trop simple, trop épurée.

De plus, j’ai trouvé que l’auteur ne développait pas assez ses personnages, certes la personnalité du héro est tout de même un peu plus développée, mais en ce qui concerne le reste des protagonistes, disons que le lecteur doit faire appel à une grande part de son imagination.

Et je ne parle même pas des descriptions…l’Orient est pourtant une porte ouverte sur un nouveau monde et tout comme Théophile, le lecteur découvre ce nouvel univers (et les descriptions peuvent grandement aidées, Tolkien avait très bien compris ça !).

Mais bon, là je fais un peu ma chochotte geignarde, car dans l’absolu, c’est un très bon roman jeunesse, qui convient parfaitement à un lecteur qui commence à avoir une autonomie de lecture.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article