Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
BookOver

BookOver

Au fil des pages une vie se tisse

Rose Morte T1 La floraison de Céline Landressie

Rose Morte T1 La floraison de Céline Landressie

Rose Morte T1 La floraison de Céline Landressie chez L’Homme sans Nom.

Lors du salon des Imaginales 2014, je suis passée par le stand de L’Homme sans Nom, et j’avoue que j’ai eu un mal fou à choisir parmi les ouvrages présents (car un choix devait se faire pour une question de budget limité).

Cette maison d’édition est l’une de mes préférées, pas très connue en Belgique, ce que je déplore, car elle mériterait bien sa place sur les étals des libraires.

Bien que l’ensemble des livres proposés sur le stand me faisaient de l’œil et me suppliait de rejoindre ma bibliothèque, j’ai fini par jeter mon dévolu sur le premier tome de Rose Morte.

J’avais, cependant une légère crainte à me lancée dans une énième histoire de vampires, mais l’auteur proposait une intrigue intéressante, dans un univers où, histoire, enquête, romance et fantastique se mêlent et finissent par tisser une toile dans laquelle le lecteur se jette avec empressement.

Et le moins que je puisse dire, c’est que ce premier tome est extrêmement addictif.

L’auteur nous plonge dans une France troublée où l’édit de Nantes est loin de faire des heureux.

Eileen, Rose comme la surnomme ses amies, fait tout ce qu’elle peut afin de contrarier les espoirs de ses parents quant à un mariage arrangé.

Elle qui rêve de liberté et de devenir maitresse de son destin, se refuse à cette éventualité. Rose est bien décidée à changer les choses et pour cela, elle va mettre à contribution son amie d’enfance Charlotte.

Lors du bal où son père prévoit de conclure ses fiançailles, un mystérieux personnage retient son attention.

Le comte Artus de Janlys ne cache d’ailleurs pas l’intérêt qu’il porte à la jeune lady.

L’assassinat du père de Rose vient transfigurer l’idylle de la jeune femme.

Artus se dresse entre Rose et le danger tel un chevalier servant, néanmoins, il semble que l’étrange comte chemine sur des routes obscures, jusqu’où Rose sera-t-elle prête à le suivre ?

Durant les quelques premières pages, je me suis réellement demander à quelle sauce j’allais être mangée.

Cette première impression s’est rapidement estompée, dès que l’action s’établi.

Je ne parviens pas à déterminé si le fait que l’auteur jongle avec le ressenti de ses lecteurs est, agaçant ou tout bonnement génialissime !

Quant aux personnages, ils sont vrais et humains (si l’on peut dire).

Rose, est une jeune femme qui ne désire que sa liberté, futée, elle a aussi ses défauts (qui peuvent être énorme). Comme le fait d’être une tête brulé qui fait tourner en bourrique toute la maisonnée de Janlys.

Quant à Artus, le comte de Janlys, est tout simplement sublime, il est respecté et craint par ses ennemis, à juste cause. Soit, la personnification même du charisme.

Bref, l’auteur le fait apparaître comme LE chevalier servant de service, beau, fort, mais c’est également un personnage avec ses failles et ses mystères que ce premier tome insère tout en douceur.

Néanmoins, on voit poindre qu’il a vécu un passé tourmenté dût à un terrible drame.

Mais, mon petit préféré est Adelphe, l’adorable frère d’Artus. Qui est, tout aussi mystérieux que son aîné. J’espère en apprendre bien davantage sur lui dans la suite de cette série.

On dit que « la couverture ne fait pas le livre », mais dans ce cas-ci, sans nul doute que l’illustration de Magali Villeneuve sert d’écrin à un véritable petit bijou.

Je ne tarderai pas à me replonger dans la suite de Rose morte.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article