Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
BookOver

BookOver

Au fil des pages une vie se tisse

Néachronical t1 Memento mori de Jean Vigne

Néachronical t1 Memento mori de Jean Vigne

Un joli petit service presse, que j’ai découvert dans ma boite aux lettres, j’en remercie d’ailleurs, la personne responsable du service presse chez l’éditeur.

Quand j’ai sorti ce roman de son enveloppe, j’ai directement eu envie de m’y plongée. Et la superbe illustration pour la première de couverture de Mina M. qui reste, au demeurant assez surprenante et qui nous immerge directement dans l’univers de l’auteur y est sans doute pour quelque chose.

Quant au style employé par Jean Vigne, il est agréable à la lecture, avec une abondance de détails et de sensations qui m’ont ravie.

Lorsque Néa Ledestin se réveille dans les marais, sans le moindre souvenir de sa soirée, sa principale préoccupation est la magnifique punition qu’elle recevra en rentrant chez elle.

Mais lorsqu’elle franchi le seuil de la demeure familiale, à sa grande stupéfaction, ses parents accourent et la serre dans leurs bras…et pour cause, cela fait cinq ans qu’elle a disparu.

N’ayant pas un seul souvenir de ses cinq dernières années, Néa tente de reprendre une vie normale et de poursuivre ses études là où elle les a arrêtées.

Mais des événements étranges se produisent autour d’elle, les morts s’accumulent.

Néa n’a d’autres choix que de percer le mystère de sa disparition, afin de savoir ce qu’elle est devenue.

Mais une chose est certaine pour la jeune fille, elle n’appartient plus totalement au genre humain…

Il s’agit ici, d’un roman que j’ai trouvé très sombre.

L’auteur nous entraine dans les basfonds de l’humanité, ainsi que dans ses pires travers.

L’obscurité d’une forêt, des animaux ensorcelés, des spectres, des jeune filles disparues et pédophilie dépeignent un joli tableau somme tout assez macabre.

Mais cette toile de fond devient très rapidement fascinante.

Personnellement, j’ai eu un peu de mal avec le personnage principal de Néa.

Agaçante, égoïste, et immature (son histoire et son vécu expliquant aisément ce dernier point), Néa est très loin des héroïnes adolescentes lambda auxquelles nous sommes habitué (parfaites, immaculées, etc.) et qui sont tellement idéalisées. C’est une véritable petite teigne qui doit grandir plus rapidement qu’elle l’avait escompté et élucidé les mystères qui l’entourent.

Tandis que le personnage de Bezan est, tout en étant terrifiant, extrêmement fascinant.

L’auteur organise des sauts entre ses personnages, ce qui nous donne une bien meilleure compréhension de l’intrigue que si il n’était uniquement par le biais de Néa.

Jean Vigne joue également avec l’émotionnel de son lecteur, tant et si bien que j’ai eu à de nombreuses reprises envie de sauter dans le livre et de donner une bonne correction à certains protagonistes.

En ce qui concerne l’intrigue, je suis quelque peu resté sur ma faim.

On ignore toujours ce qu’est devenue exactement Néa, la manière dont cela s’est produit (même si quelques éléments m’on permit de mette en place quelques possibilités).

Certes, le récit évolue rapidement, mais de nombreuses zones floues subsistent et j’espère que le second tome répondra à mes questions.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article