Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
BookOver

BookOver

Au fil des pages une vie se tisse

Présomptions de Janet Dailey

Présomptions de Janet Dailey

Une chronique certes courte, mais je ne parviens pas à en dire davantage.

Présomptions de Janet Dailey aux éditions France Loisirs.

Une lecture légère et passionnante que ma maman m’a gentiment donnée et qui fut un brin d’air frais dans mon programme de fin d’année universsitaire.

Présomptions nous transporte dans le Nevada profond où cow-boy et règlement de compte ne font qu’un.

Lorsque Kincade arrive dans la petite ville de Friendly, il ne s’attend pas un instant à ce que des cow-boys tentent de tuer une jeune femme à laquelle il porte secours.

Pourtant, Eden Rossiter prend à peine le temps de le remercier. Celle-ci est dans l’impossibilité de vendre son troupeau aux foires environnantes. Piégée par Duck De Pard, le plus grand propriétaire terrier de la région.

Celui-ci est prêt à tout pour se venger du meurtre de son frère, meurtre dont Eden est la coupable aux yeux de tous.

Kincade suivra les traces de la jeune femme jusqu’à se faire engager au ranch, mais dans quel but fait-il cela ?

Après la lecture de ce roman, j’étais plus que dépaysée !

Un roman à l’eau de rose comme tant d’autres en somme, mais celui-ci m’a au moins donné l’envie de parcourir les plaines du Nevada, les fesses sur le dos d’un cheval.

Je ne vais pas m’éterniser sur le sujet, le style est acceptable, pas trop de flonflons coutumiers à ce genre de littérature.

Le récit est parcourus de stéréotypes des plus basiques (tant pour les personnages rencontrés, que pour le déroulement des actions), mais selon moi, c’est cela même qui fait son charme. Et après tout, j’ai très rapidement accroché aux personnages.

Kincade et son mystérieux passé m’ont tenu en haleine tout au long de l’intrigue (qui n’est pas des plus originales, mais qui une fois encore passe très bien). Quant à Eden, son combat ne me laissait pas indifférente.

Je m’indignait en même temps qu’elle des duperies de Duck De Pard, qui incarne ici le grand méchant de l’histoire qui a plein de dollars en poche.

Un roman que je conseille à qui souhaite faire une petite virée au pays de cow-boys tout en muscles et des grandes plaines de l’est américain.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article