Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
BookOver

BookOver

Au fil des pages une vie se tisse

Le Roman de Tristan et Iseut de Joseph Bédier

Le Roman de Tristan et Iseut de Joseph Bédier

Pour ceux qui, comme moi ressente l’appel de l’aventure…ceux qui dans cette immonde société moderne où argent et profit sont les maîtres mots, ceux qui souhaitent se replonger dans les valeurs d’antan où chevalerie et sentiments courtois étaient de mises et dirigeaient le quotidien, suivez-moi dans cette lecture du Roman de Tristan et Iseut.

Pourquoi ai-je fais le choix de ce roman ?

Premièrement parce que je l’avais depuis quelques mois dans ma bibliothèque et qu’il me faisait de l’œil.

Secondement, je mets en avant mon statut d’étudiante, ce roman apparaît de nombreuses fois dans mes cours que ce soit le cours d’histoire de la littérature ou même le cours d’ancien français.

Je n’avais donc aucunes excuses valables pour ne pas me plonger dans cette lecture.

Bon, je remets un minimum le contexte en place, car je trouve cela fort intéressant.

Il s’agit d’une œuvre majeure du Moyen Âge, dont, seuls quelques fragments en ancien français nous sont parvenus.

L’œuvre de Bédier se veut être une traduction moderne de certains de ces fragments ainsi que de la version allemande de l’histoire, le tout mit bout-à-bout.

L’histoire est centrée sur Tristan qui est un orphelin. Noble seigneur possédant toutes les qualités imaginables, courage, honneur, etc.

Il est accueillît à la cour de son oncle, le roi Marc de Cornouailles à qui, il doit ramener une épouse, Iseut la Blonde, princesse d’Irlande.

Mais, alors qu’ils sont tous deux sur une nef les ramenant en Cornouailles, ils boivent un philtre d’amour initialement destiné au roi et à la jeune fille.

À présent, ils ne peuvent vivre l’un sans l’autre, même si le malheur s’abat sur eux.

Les personnages sont très intéressants ainsi que l’histoire, après tout, celle-ci a influencé les courants littéraires de l’époque. Et malgré les siècles qui ont passés, elle reste encore et toujours une source d’inspiration.

Néanmoins, je ne peux dire que j’ai aimé ce livre, tout au plus, je l’ai apprécié pour son contenu, mais guère pour sa forme.

Est-ce la traduction, ou la forme initiale du roman qui veut cela, les tournures employées sont lourdes et tarabiscotées.

Les actions sont longues, répétitives, les interactions entre les personnages le sont tout autant.

Ce roman m’a finalement plus agacé qu’autre chose, mais je l’ai lu et ma culture n’en ressort pas amoindrie.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article